La CNIL inaugure les nouvelles sanctions pécuniaires issues du RGPD à l’encontre de GOOGLE

January 27, 2019

CNIL, Délibération n° SAN-­2019-­001, 21 janvier 2019

 

 

 

Faits : La CNIL, après avoir été saisie par deux plaintes collectives, relève plusieurs
manquements dans la politique de confidentialité mise en place par la société Google LLC
au moment de la création des comptes pour la configuration d’un terminal mobile Android.
Elle prononce une sanction record de 50 millions d’euros à l’encontre de la multinationale.

 

Solution : La décision rendue constate principalement la compétence de la CNIL pour traiter
du cas d’espèce, un manquement de Google à son obligation de transparence de
l’information et à l’obligation de disposer d’une base légale pour le traitement aux fins de
personnalisation publicitaire.
La décision retient que l’entité Google en Irlande ne pouvait être considérée comme le lieu
d’établissement principal du responsable de traitement car elle ne disposait pas d’un pouvoir
décisionnel quant au traitement couvert. En conséquence, l’autorité administrative tête de file
désignée par Google en Irlande n’est pas compétente en l’espèce et la CNIL est donc

compétente pour le territoire français. S’agissant du manquement à l’obligation de
transparence, les termes employés pour informer l’utilisateur des modalités et des finalités
des traitements sont jugés trop vagues, l’utilisateur doit passer par de trop nombreuses
étapes et liens pour parvenir à une information, de fait, disséminée.
Enfin, pour les traitements qui nécessitent le consentement de l’utilisateur notamment en cas
de publicité ciblée, la formation restreinte de la CNIL rappelle que le consentement doit être
spécifique et univoque. Aussi, l’utilisateur doit être en mesure d’effectuer un acte positif pour
chaque type de traitement (cocher une case non pré-cochée par exemple), il ne peut par
ailleurs pas accepter « en bloc » des conditions. De telles mesures faisaient défaut dans le
paramétrage du compte Google.

 

Appréciation : Cette décision marque le début de nouvelles sanctions record permises par
l’application du RGPD. Sur la base de l’ancienne réglementation, la Société Bouygues
Télécom a écopé, le 26 décembre dernier, d’une amende de 250 000 euros. Aujourd’hui le
plafond des sanctions pécuniaires envisageables en cas de manquement peut s’élever
jusqu’à 4% du chiffre d’affaires annuel mondial d’une société. On notera à cet égard que la
sanction prononcée contre GOOGLE représente seulement 0,05 % des revenues annuels de
la société ALPHABET, maison mère de Google LLC.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Un format d’émission de télévision difficilement éligible à la protection du droit d’auteur

July 24, 2018

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags