Cour d’Appel de Versailles, 12e chambre, 20 octobre 2020, n° 18/08637

November 5, 2020

 

 

Faits et procédure : Le groupe Candy Hoover a lancé une gamme d’aspirateurs
appelée « Freedom ». La société Dyson a assigné le groupe devant le tribunal de
commerce pour actes de concurrence déloyale estimant qu’une impression
d’ensemble visuelle similaire existait entre les produits des deux sociétés. Le tribunal
a débouté la Société Dyson de toutes ses demandes. Un appel est alors interjeté par
Dyson.


La société Hoover, pour se défendre, contestait notamment la compétence du
tribunal de commerce en raison des droits propriété intellectuelle détenus par la
société Dyson, estimant que le litige relevait de la compétence des tribunaux
judiciaires.


Solution : La Cour d’Appel déboute Dyson en ce qui concerne la concurrence
déloyale mais retient les actes parasitaires.


Sur la compétence, selon la Cour, rien n’interdit au titulaire de droits privatifs de ne
fonder son action que sur la concurrence déloyale et parasitaire, et ce sans invoquer
ses droits de propriété intellectuelle.


Appréciation : Un titulaire de droits privatifs peut donc choisir de ne pas les invoquer
et de n’agir qu’en concurrence déloyale et parasitaire devant le tribunal de
commerce.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Un format d’émission de télévision difficilement éligible à la protection du droit d’auteur

July 24, 2018

1/10
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags